Gare à la bête, de Philip José Farmer

Dans cette suite de Comme une Bête nous retrouvons Harald Childe aux prises, une fois de plus, avec ces étranges créatures venues d'un autre monde. Cette fois-ci ce n'est plus un, mais deux groupes qui s'intéressent à notre ex détective. Deux groupes en guerre depuis des temps immémoriaux, les Ogs et les Tocs. Mais qui est donc Harald Childe pour faire l'objet d'autant de sollicitude ? Une réincarnation de Lord Byron ? Ou autre chose encore ? Et pourquoi ces êtres, capables de prendre différentes formes animales, s'intéressent-ils à son énergie psycho sexuelle ? Quel pouvoir extraordinaire notre héros détient-il ?

Alors que le premier récit basculait plutôt du côté du fantastique, ce second épisode nous plonge en pleine science-fiction. Farmer se permet même, ici, de faire de Forrest J. Ackerman, le fan parmi les fans, un des personnages clés du récit.

Et une fois de plus Harald Childe va devoir payer de sa personne pour aller jusqu'au bout de cette extraodinaire aventure.

Bien sûr, comme dans le premier épisode, de nombreuses scènes sexuelles émaillent ce récit que l'auteur mène à un train d'enfer, conduisant personnages et lecteurs de surprises en surprises. Jamais Farmer ne semble autant s'amuser que dans ces aventures pornographiques dont il a le secret. Mêlant l'imagination la plus libre à une très grande érudition.

Depuis quelque temps on redécouvre Farmer et c'est tant mieux.

 

Gare à la bête, de Philip José Farmer. Le Jardin des Livres. 21 euros.

Une réponse à Gare à la bête, de Philip José Farmer

  1. L’exorcisme rituel, du grand n’importe quoi et surtout jouissif, farmer lui-même s’était bien gardé de le renvoyer à un genre particulier:
    Du porno surement quoique l’intention de générer une exitation sexuelle n’y soit pas un objectif. Dans la grande vague d’insouciance des seventies le sexe y est plutôt dépeint comme un jeu…mortel.
    Un polar peut-être un peu, des privés, des vieilles voitures, des flics imcompétants, par moment on se croirait dans un épisode de columbo ( dont le premier épisode date également de 1968).
    Une satire sociale assurement entre les hyppies et les bourgeois monstrueux aux moeurs infectes.
    Un roman d’anticipation en partie, un nuage de pollution paralise la ville.
    Du space opéra, des monstres, des vaisseaux spatiaux…
    De l’horeur, des vempires, des loups garous, des sorcières un « bordel » de créatures ignobles que l’on ne peut qu’aimer.

    Bref tout est dans l’exorcisme rituel, tout y est décrit avec un humour absolu, ne surtout rien prendre au sérieux Ce livre qui est un des meilleurs que je connaisse.
    Les images y sont folles, (on assiste quand même à un accouplement de jeanne d’arc avec gilles de Rai sous la forme d’un serpent barbu terré au coeur de son vagin)… Je ne suis pas sûr d’arriver à décrire un truc pareil. Mais je vous en conjure lisez l’xorcisme rituel.

    http://sfsarthe.blog.free.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>