Non-Retour, d’Alexandre Kabakov

Depuis une bonne dizaine d'années la SF perd peu à peu son rôle de littérature d'idées, au même titre d'ailleurs que celui de littérature en prise sur le réel, à un moment ou les gens ont de plus en plus besoin d'explorer le monde qui nous entoure. Et face à cet abandon, – ne devrait-on pas parler plutôt de démission ?-, les nouvelles générations de lecteurs se tournent de plus en plus vers la littérature générale. Pas celle des bêtes sellers ou du roman petit bourgeois typiquement franchouillard, mais celle qui explore d'autres voies narratives ou formelles. Seul Ballard et Vonnegut, dans le domaine qui nous intéresse, continue à faire preuve d'invention et d'originalité, là ou Spinrad s'enlise lamentablement dans des mélos grotesques tandis que Silverberg s'égare dans de médiocres juvéniles que la critique ensence comme s'il s'agissait d'oeuvres majeures. Quant à la relève elle ne se montre pas. Ou alors elle se cache bien.
 
Le lecteur de Jack Barron, de Tous à Zanzibar ou du Temps incertain n'a guère d'autre solution, en ce temps de vache maîgre, que de se tourner vers d'autres horizons. Et cette même jeune génération qui, il y a quinze ans, auraient lu de la SF se plonge aujourd'hui dans les oeuvres de Brett Easton Ellis, Bohumil Hrabal ou James Ellroy, pour ne citer que ceux là. Littérature coup de poing, parfois à la limite du supportable chez Ellis ou Ellroy, ou plus élaborée, plus construite, chez Hrabal ou Kabakov. Et c'est au sein de cette production que se cache parfois quelques merveilles qui nous ramènent à la SF et qui permettent d'assurer un lien ténu avec les nouveaux lecteurs.
 
Non-retour, de Kabakov est une de ces perles. Au premier abord ce roman peut dérouter le lecteur traditionnel de SF. En effet : peut-on cataloguer Non-retour comme roman de SF ? Le récit s'y articule-t'il vraiment autour d'un voyage dans le temps, ou bien s'agit-il tout simplement de l'histoire d'un écrivain livré à ses fantasmes ? Car pour Alexandre Kabakov nul besoin de la moindre machine ou de la moindre drogue pour explorer le futur. La puissance de l'imagination est largement suffisante. Et s'il est question d'une nouvelle science ce n'est qu'allusivement. On n'apprend rien sur les méthodes qui permettent aux extrapolateurs de se déplacer dans un futur proche. De toute manière celà n'a aucune importance. Ici la succession d'évènements qui amène le narrateur à se révolter et à fuir son monde est plus importante que les moyens qui lui permettront de mener son projet à bien. Tant pis pour les inconditionnels de la hard science.
 
Un jour de 1990, Youri Ilitch, extrapolateur effectuant des travaux pour un institut de recherche, est chargé, par deux agents d'une organisation gouvernementale, d'établir un rapport sur ce qui se passe dans le Moscou de 1993, – le choix de 93 n'est pas ici un hasard : il s'agit d'une référence au roman de Hugo -, pour juger des effets de la perestroïka.
 
Il se retrouve au choeur d'une ville livrée à la guerre civile, ou chaque individu ne sort de chez lui qu'armé.
 
A chacun de ses retours du futur, il doit transmettre toutes les informations dont il dispose, à ses deux contacts. Mais très vite ce n'est plus qu'a contre coeur qu'il accepte de jouer son rôle d'espion dans cette étrange partie. D'autant plus qu'il apprend que ses rapports doivent permettre aux agents du gouvernement d'identier les extrapolateurs qui travaillent pour ceux d'en face.
 
Un jour Iouri Ilitch décide donc de franchir le pas, de s'évader une fois pour toute, en compagnie de sa femme, vers ce futur terrifiant. Il est prêt à se battre pour assurer sa survie dans cet univers chaotique.
 
Dans ce court roman, que les amateurs de SF qualifieraient plutôt de novella, Kabakov se montre le digne héritier de la SF des années 70. Rythme rapide, humour absurde, – les interventions des deux agents du gouvernement sont fabuleuses -, pas de place ici pour le pathos et le pessimisme facile. Rien qu'une porte sur l'espoir d'un monde différent. Rien qu'un cri de révolte.
 
Comme si Dick ou le Spinrad des années 70/80 avaient fait des émules à l'est.
 
Voilà une SF efficace comme on aimerait en lire plus souvent. Sans radotage et sans remplissage inutile.
 
 

Non-Retour, d'Alexandre Kabakov. 10-18.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>